Dérives sur un terrain vague

Trois êtres à la dérive vont s'acharner à détruire un jeune couple en villégiature, sous le regard naïf d'un jeune homme en quête d'identité.

Alberto

F1 (Cathy Nouchi), F2 (Sara Délia),
F3 et H3 (D. Lanson et P. Frapeau)

 

Paroles d’auteur

J’ai écrit cette pièce en pensant à Jérémie Lefebvre, Cathy Nouchi, Sara Délia-Martineau et Dominique Defoy, un été où nous nous demandions ce que nous allions jouer la saison suivante. Sont venus rejoindre la troupe au moment de la création, Delphine Lanson et Patrick Frapeau. Ce fut un long moment de bonheur. Tout coulait. Et Dérives a été marquée d’un sceau magique. Peut-être ce texte a-t-il vieilli. Il serait intéressant que des adolescents ou jeunes adultes comme l’étaient à l’époque les comédiens créateurs des rôles s’essayent à la jouer à nouveau.

in5

H1 (Jérémie Lefebvre)

 

Biographie

Alberto

Création à l’Aktéon Théâtre à Paris en mars 1993. Representations au Théâtre de la Grille Verte à Saint-Etienne en mai 1994. Cette pièce a été traduite en allemand par Klaus Grönau sous le titre Niemenslandpartien et representée au Théâtre National de Karlsruhe en Allemagne en mars 1997.

Critiques

–« Un spectacle émouvant que l’on reçoit comme un bouquet de printemps et qui constitue une belle promesse d’avenir pour un jeune auteur talentueux « 
L’Avant scène Théâtre – Hélène Kuttner – Avril 1993

–« Une écriture directe qui va à l’essentiel, une synthèse on ne peut plus perspicace des sentiments… l’intérêt du spectateur va croissant… Exceptionnel qu’on se le dise !  »
Paris Boum-Boum – Caroline Fabre – Avril 1993

–Alberto Lombardo propose une vision pathétique de l’amour. Une sorte de drame comique contemporain où se mèlent la cruauté et la tendresse, le sucré et le salé.
La Terrasse – Valérie Librati – Avril 1993

Alberto

Extrait 1

H2: Ecoutez n’ayons pas peur des mots. Vous avez envie de moi. N’en ayez pas honte j’ai l’habitude c’est comme ça c’est en moi. Ni vous ni moi n’y pouvons rien. Cependant croyez-moi le plus dur une fois de plus c’est pour moi. Enfin ça l’était! Parce que maintenant j’en ai pris mon parti. Et puis je ne suis plus libre. Comme ça, ça m’est plus facile de repousser une avance.

F1: Ah! vous êtes pris… Excusez, c’était pas écrit sur votre visage.

H2: Comment vous capitulez déjà ? Je vous dis que je suis pris et aussitôt vous renoncez. Elle est chouette dites-moi votre envie. C’était seulement un petit caprice.

Fl: Vous êtes méchant. Pourquoi me mépriser ainsi ? Vous aviez l’air de vouloir être tranquille je vous ai respecté. Ce n’est pas mon genre de faire du rentre-dedans alors je préfère garder mon envie pour moi et souffrir en silence.

H2: Moi j’aime les gens qui s’accrochent, ceux qui vont jusqu’au bout, jusqu’à l’anéantissement, jusqu’au suffoquement, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien que le désir et la honte de ce désir.

Alberto

H3 (Patrick Frapeau) et F3 (Delphine Lanson)

Extrait 2

( F3 et H2 évoluent dans une danse sensuelle, devant le mari de F3 et sous le regard amer et amusé de F1)

H3: Delphine.

F3: Oui Thomas.

H3: Regarde-moi quand je te parle.

F3: Un moment Thomas nous avons bientôt fini.

H3: Delphine !

F3: Tu peux parler j’écoute tu sais. Je suis capable de faire plusieurs choses à la fois. Je suis une femme active.

H3: Il ne s’est rien passé. On a seulement un peu bavardé. Elle a voulu me faire douter mais elle n’y est pas arrivée.

F3: Je sais Thomas.

H3: Et puis… pour tout à l’heure… je ne sais pas ce qui m’a pris.

F3: Ce n’est rien Thomas.

H3: Ne dis pas ça. Je sais combien ça a dû te bouleverser . Tu ne m’as jamais vu dans cet état-là. Mais c’est à cause d’elles. Elles m’avaient poussé à bout tu comprends.

F3: Je comprends Thomas. Tu n’as plus pu te contrôler.

H3: Exactement. Alors tu ne m’en veux pas ?

F3: Comment le pourrais-je Thomas ? Après toutes ces années de calme, de sérénité, d’apaisement, de tranquillité, de quiètude, de repos, que nous avons vécues ensemble.

H3: Tu n’es plus fâchée, c’est certain ?

F3: C’est certain Thomas.

H3: Tu es merveilleuse.

F3: Non Thomas, disons que je suis simple.

H3: Alors tout est bien.

F3: Tout est bien Thomas.

H3: Et toi ?… Je voulais dire: qu’est-ce que tu fais maintenant ?

F3: Je danse Thomas.

H3: Je le vois bien. C’est tout ?

F3: C’est beaucoup Thomas.

H3: Tu avais une forte envie de danser. Une envie démesurée. Tu n’as pas pu te retenir. Il a fallu que tu fasses sur place.

F3: Tu n’as pas tort. Quand on vit des moments forts il faut apprendre à les vivre pleinement. Il est difficile de faire deux choses à la fois.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/4/d288456582/htdocs/wordpress/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *