Secrète-partie

Ce soir, Antoine attend pour dîner cinq amis qui ne se sont jamais rencontrés : il a décidé de leur annoncer une nouvelle. Mais à mesure que les invités arrivent, imprévus et malentendus se succèdent. Des conflits apparaissent entre la célibataire chic, le balourd hypersensible, les mariés heureux et l'inquiétante retardataire. Autour du maître de maison, la tension monte, les alliances se font et se défont, les masques tombent... Chacun à son tour sert de cible à tous les assauts.

Extrait 1

Scène 4

Irène – Réponds-moi franchement, tu me trouves envahissante ?

Antoine – Sincèrement ?

Irène – Tu penses que vivre avec moi deviendrait vite un fardeau.

Antoine – Je pense tout le contraire.

Irène – Je n’y arrive plus Antoine, cette solitude me pèse.

Antoine – Heureux de te l’entendre dire. Tu sais que tu fais des progrès.

Irène – Je réfléchis beaucoup en ce moment, j’ai le courage de me pencher sur moi-même et j’en suis arrivée à la conclusion qu’il me faut de l’authentique.

Antoine – Un homme, tu veux dire.

Irène – On peut voir ça comme ça.

Antoine – Et parmi tous les jeunes loups beaux et intelligents que tu côtoies, tu ne vas pas me laisser croire qu’il ne s’en trouve pas un qui pourrait répondre à ton besoin d’authenticité ?

Irène – Ils me paraissent si fades. Ils se ressemblent tous. Pourtant les journalistes, ça devrait être ouverts, curieux. Que nenni ! Ils s’ouvrent le temps d’un papier ou d’un reportage et passent leurs soirées et leurs nuits entre eux à se repaître d’histoires de journalistes. Que je suis heureuse de te connaître. Toi, tu aimes les gens.

Antoine – Mais moi je ne fais pas un métier intéressant.

Irène – Qu’est-ce que ça veut dire intéressant ? L’important, c’est de s’épanouir dans ce qu’on fait.

Antoine – C’est bien ce que je dis.

Irène – Mais tu es un être intéressant. Et c’est ça qui compte.

Antoine – Tu es gentille. (Malicieusement.) Une petite histoire inconfortable, passionnelle, avec un jeune aventurier sensuel, ça ne te plairait pas ?

Irène – Je ne suis pas certaine.

Antoine – Qu’est-ce qui te freine ?

Irène – Je réclame un homme pour la vie. (Petit temps.) Ça te semble chimérique ?

Antoine – Comment te dire…

Irène – Tu crois qu’il faut procéder par étapes.

Antoine – Dans ton cas, ça me paraît préférable.

Irène – Ça fait si longtemps.

Antoine – Prends des cours. On trouve des professeurs pour tout de nos jours.

Irène – Tu penses à quelqu’un ?

Antoine – Peut-être.

Irène – Comment est-il ?

Antoine – Il prend cher, mais il s’investit à fond.

Irène – Tu ne parles pas sérieusement ! ?

Antoine – Prends le comme une expérience. Un retour à la vie. Après, tu verras, les portes s’ouvriront d’elles-mêmes.

Extrait 2

On sonne à la porte. Tout le monde s’immobilise. Silence de mort.

Gilbert – On a sonné.

Antoine – Merci Gilbert, nous avons entendu.

Louise (se met à rire) – Hi ! hi ! Qui cela peut-il bien être ?

Irène – Le jugement dernier.

Antoine – Si tu ne te sens pas prête, tu peux aller te réfugier dans ma chambre, tu trouveras quelques somnifères dans le tiroir de ma commode, et demain matin, je te raconterai tout.

Irène – Je saurai faire face. Et puis, j’ai un garde du corps prêt à me secourir en cas de besoin.

Gilbert – Vous pouvez compter sur moi, Mademoiselle Irène.

Louise – Moi aussi, je vous soutiendrai.

Antoine – Je refuse d’aller ouvrir à Catherine dans ces conditions. Vous n’êtes pas dans une disposition pacifique.

Irène – Mais nous plaisantons, Antoine.

Antoine – Je n’en suis pas certain.

Louise – Vous nous imaginez en train de charger Catherine ?

Antoine – J’imagine tout à fait.

Gilbert – Tu prends tout au tragique, ce soir.

Antoine – Et toi, tu me fatigues. Je vais aller prévenir Catherine que tout est annulé.

Tous – Oh non !

Mathieu – Tu n’as pas le droit d’abandonner.

Louise – Et votre surprise ?

Antoine – Ce n’est peut-être pas le bon moment. Il serait plus judicieux de remettre cela à plus tard.

Tous – Oh non !

Mathieu (à Antoine, apaisant) – Nous sommes un peu agités, c’est normal, mais tout va rentrer dans l’ordre désormais. Nous savons l’importance qu’a cette soirée pour toi et nous te ferons honneur. Tu dois aller jusqu’au bout.

Antoine – Tu crois ?

Mathieu – Tu peux compter sur moi.

Antoine – Vraiment ?

Louise (à Antoine) – Laissez-vous aller.

Gilbert – J’ai fait tout le trajet à pied, je suis venu malgré la mort de Rafi.

Irène – Antoine, je te promets que je ne tenterai rien qui entrave le bon déroulement de cette soirée. Il n’y a aucune raison pour que cela dégénère, je saurai rester à ma place. Tu me crois ?

Antoine – J’ai du mal.

nota bene

Cette pièce est éditée chez Art et Comédie en 2007. Vous pouvez vous la procurer à la Librairie théâtrale.

Depuis mai 2012, Secrète-Partie est jouée régulièrement dans le sud de la France (La Ciotat, Peypin, Belcedone) par la compagnie le Rideau Rouge, dirigée par Guy Bourillon.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/4/d288456582/htdocs/wordpress/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *