Un parfum de Montgolfière

Il y a ELLE, la maîtresse, et LUI, le domestique, Alphonse, venu après Herbert, Maurice, une quarantaine d'autres, paraît-il... Madame rentre de voyage un soir plus tôt, sans prévenir. Alphonse, son domestique, ne l'attendait pas. Tres vite le dialogue ordinaire entre la maîtresse et son domestique se transforme en duel sans merci. Ces deux êtres solitaires vont s'affronter dans un dialogue jubilatoire et féroce où chacun va se faire l'accoucheur de l'autre. Derrière l'humour cruel et la provocation où chacun renvoie l'autre à sa propre condition, se cache le désir et la terreur d'etre aimés.

Biographie

Pièce selectionnée par le comité de lecture du Théâtre du Rond-Point a ete créée au Théâtre des 3 Bornes à Paris du 5 janvier au 30 mai 1998, par la compagnie Le Horla et mise en scène par Dana Burns Westberg. Rejouée du 4 avril au 28 juin 2003 au Théâtre Clavel à Paris par la compagnie Anjuna, mise en scène par Aubert Defoy. Actuellement une version cabaret est en cours de répétition à Montréal. également une version travestie est en répétition en France.

La version anglaise a été lue à Paris en décembre 2010 par des comédiens anglais de l’association Moving Parts. L’accueil a été des plus chaleureux. Certains spectateurs pensaient qu’il s’agissait d’une pièce originellement anglaise. Preuve que la traduction d’Alexander Bollinger est de qualité et que le sujet de la pièce est universel. Les comédiens ont fait preuve d’une grande maîtrise. Mention spéciale à Stéphanie Campion qui a fait résonner tout le pathétique du personnage Madame, grâce à son jeu décalé et faussement désinvolte.

En 2012, Un parfum de Montgolfière a été présentée à Clark University (Worcester, Massachusetts, USA), en version anglaise.

À Montréal, elle a été jouée par Fanny Fennec et Manuel Sinor dans une mise en scène de l’auteur dans le cadre du festival Fringe.

La Montgolfiére en Espagne

Un parfum de Montgolfière représentée par la compagnie Gächette Sensible à La Tinta Roja à Barcelone en novembre 2012, avec Caroline Lemaire et Olivier Hétru dans une mise en scène de Adeline Flaun.

« De toutes les versions de la Montgolfière auxquelles j’ai pu assister – et il y en a eu pas mal, de la plus boulevardière à la plus éthérée – je peux affirmer que celle proposée par la compagnie Gâchette sensible est la plus pertinente, la plus excitante et le plus bluffante. Caroline Lemaire et Olivier Hétru transpirent leurs personnages et nous font vibrer de bout en bout. La mise en scène de Adeline Flaun transcende tout simplement mes mots et mon univers. C’est sensuel, c’est sexuel, c’est infiniment drôle et pathétique comme il se doit. » Alberto Lombardo

Traduction en anglais par Alex Bollinger sous le titre A Scent of a Hot-Air Balloon et en italien par Fausta Squatriti sous le titre Profumo di Mongolfiera.

Critiques

Un amusant duel signé Lombardo. On se laisse surprendre par un jeu de caractère subtil et des rapports humains qui s’inversent…
Pariscope – Lise de Rocquigny – Juin 2003

–…Chacune des pièces de Lombardo démontre son goût du creux, des failles, des silences où les êtres vacillent jusqu’au vertige et se révèlent autrement. Il nous raconte en long, en large et en pervers les manipulations troubles, les fantasmes érotiques réprimés de ce couple tour à tour intrigant et terrifiant…
A Nous Paris – Myriem Hajoui – Juin 2003

–Loin des feux convenus… Alberto Lombardo nous offre une heure d’affrontement ludique entre une maîtresse enjôleuse et un domestique faussement ingénu…
Voix Off – Adrien Teurkia – Mars 1998

Une joute verbal, sans cesse trempée dans un humour radical, dont les armes redoutables sont les faux semblants et les vraies confidences.
L’Avant scène Théâtre – Hélène Kuttner – Janvier 1998

..cultive le refus de grandir, l’humour et l’insolite… Un jeu de chat et de souris léger comme une bulle… une cocasse fantaisie qui ne manque pas de profondeur.
Le journal du Théâtre – Dominique Darzacq – Mars 1998

–Avec une écriture bien d’aujourd’hui, des personnages qui réussissent la prouesse d’être à la fois d’un autre temps et si actuels, aussi drôles que féroces.
Boum-Boum Mag – Caroline Fabre – Février 1998

–Pièce construite avec un enthousiasme rafraîchissant…
La Terrasse – Valérie Libratti – Mars 1998

–Un peu de cruauté, beaucoup d’humour, on est touché par ce rapport… très particulier.
Journal du Dimanche – Barbara Théate – Avril 1998

–Alberto Lombardo est l’auteur de ce marivaudage cruel, faussement convenu.
Libération – François Devinat – Mars 1998

–…insolite… un Marivaudage musclé…
France Inter – José Artur – Février 1998

–…un spectacle qui ne cesse pas d’être drôle…
Gérard Germain – Fauteuil d’orchestre – TSF – Janvier 1998

Nota bene

Cette pièce est éditée chez Art et Comédie en 2008.

Cette pièce peut être interprétée indifféremment par deux femmes; deux hommes ou un homme et une femme. Le jeu permet aux personnages de subvertir leurs identités sociales, culturelles et sexuelles. Tout est jeu, mais tout est vrai.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/4/d288456582/htdocs/wordpress/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *