Home • Biographie • Théâtre • Comédien • Radio • Actualités • Animateur • Contact • English site

Quand on aime, on ne compte pas

Infos
Personnages 2 femmes
2 hommes
Durée 20 minutes
Année 2008
Lire:
Personnages
Synopsis
Biographie
Extrait
nota bene
Ecouter la pièce
Télécharger la pièce

Personnages

Mario : Homosexuel frustré de ne pas vivre à plein temps avec son amant

André : Bisexuel qui s'en donne à cœur joie

Fernanda : Hétérosexuelle active, large d'esprit

Marie-Antoinette : Hétérosexuelle passive, large d'esprit

Synopsis

Mario ne supporte plus qu'André, son amant, partage sa vie entre deux autres femmes, à leur insu. Pour lui prouver son amour, André consent que Mario aille incognito révéler à chacune des maîtresses qu'elles ont une rivale. Il promet également d'en supporter les conséquences.
Malheureusement, pour Mario, Marie-Antoinette et Fernanda se moquent éperdument d'être trompées. Cette situation leur permet à la fois de mener une existence confortable (André subvient à tous leurs besoins) et libre (il n'est pas sur leur dos 24h sur 24).
André est désolé d'apprendre que Mario n'a pas réussi à faire fuir les belles, mais ne veut rien changer à une situation qui le satisfait pleinement.
Mario est contraint de partager définitivement André en trois.
Marie-Antoinette et Fernanda qui connaissaient la situation depuis le début, adorent observer, à l'aide d'une longue-vue, André et Mario faire l'amour.

Cette pièce est construite comme un thriller. Au départ, on pense qu'il est question d'un simple adultère hétérosexuel. Un homme vient dénoncer l'infidèle auprès des deux maîtresses. Ensuite on apprend que le voyeur-délateur est l'amant de l'infidèle. Et enfin on sait que les deux maîtresses trahies sont au courant depuis le début de l'intégralité de la situation : sans compromis, pas d'amour heureux. C'est le regard qu'on porte sur son existence qui peut changer l'existence.

Biographie

Quand on aime, on ne compte pas a été diffusée dans Nuit noire, nuit blanche sur France Inter en janvier 2008.

Ecouter la pièce

This text will be replaced by the flash music player.

Extrait

Séquence 6

Chez Mario. Musique (Concerto #2 de Rachmaninov). On sonne à la porte. Mario va ouvrir précipitamment. C'est André.

MARIO (il lui saute dessus) : J'ai cru que tu ne viendrais jamais.

ANDRÉ : J'ai pas beaucoup de temps.

MARIO: Comme d'habitude. Tu dors avec qui ce soir ?

ANDRÉ: L'une ou l'autre, qu'est-ce que ça change pour toi ?

MARIO: Tu as raison.

ANDRÉ: Tu n'as rien à me dire ?

MARIO: C'est fait.

ANDRÉ: Alors ?

MARIO: Echec.

ANDRÉ : Jamais elles ne me quitteront. Tant que t'auras pas compris ça, tu seras malheureux.

MARIO: Et si c'est toi qui t'en chargeais ?

ANDRÉ: Non, non, je ne pourrais jamais leur faire ça, ça les ferait trop souffrir.

MARIO: Mais moi j'en peux plus de te partager. J'ai rien ! Que des miettes, des heures, des demi-heures, des minutes, jamais de nuits.

ANDRÉ: J'ai toujours été honnête avec toi, je ne t'ai jamais rien caché. Tu devrais être fier. Tu es le seul à connaître toute la vérité depuis le début. Je t'ai donné ma confiance Mario, ne gâche pas tout.

MARIO: Je suis tellement malheureux.

ANDRÉ: T'es un égoîste, t'es un enfant gâté, tu sais pas partager. Et t'es mauvais joueur en plus. J'ai pas été vache avec toi. J'ai accepté que tu les mettes au courant pour te prouver mon amour et j'étais prêt à en supporter les conséquences. C'était quitte ou double. Elles auraient pu se liguer contre moi, me jeter comme un malpropre et refaire leur vie. Elles en ont décidé autrement. A ton tour d'accepter.

MARIO : Je ne peux pas, je ne peux plus supporter cette situation, si tu m'aimes vraiment, tu dois faire quelque chose.

ANDRÉ: Pas de ça, je t'en prie, même mes femmes elles ne se permettent pas de me faire de pareilles scènes, ne te rends pas détestable.

MARIO: Et si je leur disais pour toi et moi ?

ANDRÉ: Tu crois sincèrement que ça les ferait réagir davantage ?

MARIO (il pleure) : Même pas.

ANDRÉ: T'es trop sensible. Pourquoi faut-il toujours que tu cherches la petite bête. On n'est pas bien comme ça ?

MARIO: Et si je les éliminais, hein ? Si je les faisais disparaître à jamais de ta vie, quel effet ça te ferait ?

ANDRÉ: J'aurais l'impression d'avoir deux ailes en moins.

MARIO: Et si c'est moi qui partais, hein ? Si j'étais plus là ?

ANDRÉ: J'en perdrais mon éclat.

MARIO: Hum, c'est joli ça.

nota bene

Cette fiction radiophonique est inspirée de la première partie de la pièce Tout ça pour toi. Les personnages n'ont pas les mêmes motivations et la conclusion diffère, mais les dialogues resserrés restent, en grande partie, inchangés.